FREN495

(Cross-listed with FREN 510)

Baudelaire et la poétique de la modernité

S’il est pertinent de distinguer le fait d’être moderne, c’est-à-dire le fait d’appartenir à une époque historique déterminée et la conscience de modernité alors il faut admettre que l’oeuvre de Charles Baudelaire se situe du côté de cette seconde catégorie. Elle s’attache précisément à circonscrire les conditions de la modernité en l’expérimentant aussi bien sur le plan “théorique” de la réflexion critique  que sur le plan directement poétique (dans Les Fleurs du Mal ou les Petits poèmes en prose). À travers ses textes, Baudelaire s’affirme comme penseur de la « modernité », terme qu’il a inventé en en faisant le mot d’ordre d’une esthétique et d’une poétique nouvelles centrées sur le rapport entre la modernité dans l’art et modernité de la vie quotidienne, avec sa banalité, son héroïsme, ses fausses idoles et ses humbles victimes.

Dans ce cours, nous nous proposons d’étudier la modernité telle qu’elle figure sur les plans théoriques et poétiques dans l’œuvre de Baudelaire, tout en considérant la réflexion critique qui s’y fait sur la modernité historique que se joue dans «Paris, Capitale du XIXe siècle ».  Pour mieux apprécier la place centrale qu’occupe Baudelaire au XIXe siècle —  historiquement, esthétiquement – nous le situerons dans les contextes poétique et critique qui l’ont déterminé et qu’il a par la suite déterminés lui-même.

Textes à l’étude:

Les Fleurs du mal
Le Spleen de Paris (Petits poèmes en prose)
Curiosités esthétiques
Ecrits sur l’art
Journaux intimes

Langue d’enseignement : français

Professeur : Sima Godfrey

Course Registration