FREN513A

Le roman mémoriel

La notion de « mémoire » est au cœur de la réflexion actuelle sur la représentation littéraire de l’Histoire et ses vecteurs identitaires. De nombreux romans français et québécois nous invitent en effet à lire le passé événementiel à travers différents types de mémoire, que l’on pense à la mémoire traumatique de la Deuxième Guerre mondiale et de la Guerre d’Algérie (Huston), à la mémoire amnésique du collaborationnisme français (Modiano) et de la Shoah (Robin), à la mémoire résiduelle d’une Amérique autrefois autochtone et française (Poulin), et à la mémoire diasporique des ‘boat people’ (Thuy). Le présent séminaire a pour objet de saisir les liens qui unissent la remémoration, l’Histoire, le discours identitaire, l’émancipation collective et l’espace géographique dans ce qu’il est convenu d’appeler, depuis les travaux de Régine Robin, le « roman mémoriel » : ce roman dans lequel un individu ou une société déforme son passé ou cherche au contraire à le restituer dans son exactitude.

Corpus
Patrick Modiano, Rue des boutiques obscures, 1978.
Régine Robin, La Québécoite, 1983.
Jacques Poulin, Volkswagen Blues, 1984.
Nancy Huston, L’empreinte de l’ange, 1998.
Kim Thuy, Ru, 2009.

Textes à consulter
Meunier, E.-Martin et Joseph Yvon Thériault, dir. Les impasses de la mémoire. Histoire, filiation, nation et religion. Montréal : Fides, 2007.
Nora, Pierre. ‘‘Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux.’’, Les lieux de mémoire (sous la direction de Pierre Nora). Paris : Gallimard, 1984, xvii-xlii.
Ricoeur, Paul. La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli. Paris : Seuil, 2000.
Robin, Régine. Le roman mémoriel. Longueuil : Le Préambule, 1989.
Todorov, Tzvetan. Les abus de la mémoire. Paris : Arléa, 1995.

Langue d’enseignement : français

Course Registration