Sade: réflexions à chaud sur un bicentenaire encore tiède

Event_sadeTable ronde: “Sade: réflexions à chaud sur un bicentenaire encore tiède”
L’année 2014 marquait le bicentenaire de la mort du marquis de Sade, survenue le 2 décembre 1814, à l’asile de Charenton. À cette occasion, plusieurs expositions, publications, émissions spéciales, numéros de revue et colloques ont été consacré à cet auteur maudit dont l’œuvre était pourtant, il n’y a pas si longtemps encore, soumise à la censure et jugée infréquentable.
Deux cent ans après la mort de l’auteur de Justine et de La philosophie dans le boudoir, les choses ont bien changé. On l’enseigne, on en discute à la radio et sur les plateaux de télévision, on peut se procurer son œuvre en édition de poche ou dans la prestigieuse collection de La Pléiade. La compagnie Ubisoft a même choisi d’en faire le personnage d’un jeu vidéo populaire. À la lumière de ces récentes commémorations qui ont achevé de consacrer (voire de banaliser aux yeux de certains) une œuvre désormais entrée, bon gré mal gré, dans le canon de la littérature française, il est permis de se demander si celle-ci scandalise encore.
L’époque où on lisait Sade « sous le manteau » semble bel et bien révolue, mais plusieurs malentendus persistent et contribuent à entretenir des images multiples et souvent contradictoires de l’écrivain. Tantôt célébré comme le symbole d’une liberté radicale ou en tant que défricheur de l’inconscient, tantôt qualifié d’esprit malade ou d’apôtre des pulsions les plus sordides, Sade intrigue autant qu’il inquiète, attire autant qu’il repousse.
Cette table ronde, qui réunit des chercheurs d’horizons divers, offrira une occasion de réfléchir à la place et au statut de Sade aujourd’hui, au rapport trouble que notre époque entretient avec son œuvre, son imaginaire et ses mythes.

Programme

Joël Castonguay-Bélanger (UBC) : « Soudain un bicentenaire, Sade »
Michel Delon (Université Paris IV–Sorbonne) : « Comment parler de Sade ? »
Benoît Melançon (Université de Montréal) : « Sade dans les médias québécois en 2014 »
Marc-André Bernier (Université du Québec à Trois-Rivières) : « Sade à l’école »
Clorinda Donato (California State University) : « Sade aux Etats-Unis »
Armelle St-Martin (Université du Manitoba) : « Sade aux presses savantes et aux presses populaires »
Discussion
FHIS Lounge, Buchanan Tower 799, UBC
16h00-17h45